[Les News du New Space] Début d’année en montagnes russes !

Janvier 2023 :  Happy #SpaceisHard New Year !

Bienvenue dans cette revue de presse du New Space ! Ici, nous balayerons les différentes nouvelles venant du New Space, et de l’écosystème spatial qui se crée et qui se réinvente. Reprise du mode bimensuel, l’actu est tellement riche…

2023 commence durement. Le Space is Hard touche de plein fouet les mini-lanceurs, un peu comme une terrible gueule de bois. Les rêves de ‘’souveraineté’’ d’accès à l’espace sont durement balayés. A peine trois semaines après l’échec de la Vega-C, la séquence actuelle est dure pour le spatial européen.

Lanceurs : A l’affût des tirs inauguraux

Outre Transporter 6, l’actualité des mini-lanceurs est restée très riche. Si côté américain on grince des dents, côté chinois on se félicite de la solidification de Galactic Energy, et côté européen on inaugure la branche orbitale de Kiruna.

Echec LauncherOne : le Royaume-Uni pleure

Les britanniques y plaçaient beaucoup d’espoir, le premier vol LauncherOne de Virgin Orbit depuis le sol britannique ouvrait une porte d’accès indépendant, même si le micro-lanceur aéroporté est américain. Son avion porteur avait décollé le 9 janvier de l’astroport de Cornwall, puis largué la fusée au large du sud de l’Irlande. Malheureusement, une anomalie au second étage a causé l’échec du vol et la perte des 9 cubesats passagers.

L’avion porteur (Boeing 747 modifié) « Cosmic Girl » à Spaceport Cornwall pendant la campagne de tir (Virgin Orbit)

Echec RS-1 : ABL Space prêt à revoler dans un futur proche ?

2023 commence durement pour les mini-lanceurs privés. Après plusieurs reports, ABL Space parvient à faire décoller pour la première fois son lanceur RS-1 le 10 janvier depuis son pas de tir à Kodiak, en Alaska. Peu après, les neufs moteurs de l’étage principal s’arrêtent et le lanceur retombe sur le pas de tir. Aucun blessé à déplorer, mais les deux cubesats passagers sont perdus et il reste à évaluer les dégâts à Kodiak. Si l’enquête sur les causes de l’échec a débuté, ABL Space a d’emblée annoncé qu’un second modèle de RS-1 est déjà prêt à partir.

Décollage du RS-1, juste avant l’extinction inopinée des moteurs. (ABL Space)

5ème vol réussi pour la Ceres-1

La start-up Galactic Energy consolide la fiabilité de son micro-lanceur à propulsion solide Ceres-1. Le 9 janvier, une 5ème Ceres-1 décolle avec succès du Jiuquan Space Center, avec 5 petits satellites privés à bord. C’est un 5ème succès qui renforce la confiance envers Galactic Energy, qui est en train de développer un lanceur plus gros à propulsion liquide.

Décollage de Ceres-1 (Wang Jiangbo / China Daily)

Inauguration d’un pas de tir orbital à Kiruna

C’est une première sur le sol du Vieux Continent : pour la première fois, un pas de tir orbital a été inauguré au sein du centre spatial d’Esrange à Kiruna, Suède. Jusqu’à présent les fusées européennes étaient tirées depuis d’autres continents (CSG, Afrique, Australie). Le centre d’Esrange a déjà de l’expérience. Depuis plusieurs décennies, il accueille des tirs suborbitaux, des lâchers de ballons stratosphériques, ou des essais à feu de moteurs. Son pas de tir est toutefois orphelin : aucun lanceur n’est censé y voler pour l’instant. Tous les opérateurs du New Space ont fui chez SaxaVord dans les Iles Shetland, comme RFA, qui l’a récemment annoncé.

Esrange accueillera les premiers « Hops » du démonstrateur Themis d’ArianeGroup. Un premier booster (sans doute un modèle d’essai) est arrivé la veille de l’inauguration. (Mia Kleregard / SSC)

Accord pour construire un astroport chinois à Djibouti

C’est sans doute la grande nouvelle de ce début d’année : le groupe des sciences et technologies spatiales de Hong Kong a signé avec Djibouti la construction d’un astroport dans le pays, une invitation à toute l’Afrique à faire décoller ses différents programmes spatiaux avec la Chine. Au menu : 7 pas de tir, 3 bancs d’essais, des infrastructures pour assembler et intégrer des satellites. Le chantier devrait être terminé en 2027.

Le vol Transpoter 6 de SpaceX, c’était aussi le 15ème vol du booster B1060 (SpaceX)

Pleins feux sur l’orbite basse : le vol Transporter 6

C’est parti avec un nouveau bus spatial pour lancer cette année 2023. A bord d’une Falcon 9 qui a décollé depuis Cap Canaveral à destination de l’orbite héliosynchrone, SpaceX a embarqué pas moins de 114 satellites. Le bus spatial Transporter 6 a une fois de plus été organisé à l’aide de multiples intermédiaires (Isilaunch, Maverick, Exolaunch) et inclus nombreux déployeurs orbitaux (Vigoride de Momentus, ION SCV-7 et 8 de D-Orbit, Orbiter SN1 de Launcher, Chimera LEO-1 d’EPIC Aerospace), ou plateformes satellites partagées (YAM 5 de Loft Orbital, Endurosat).

Résumé de la campagne de tir du déployeur orbital Orbiter SN1, le tout premier de la start-up américaine Launcher. (Launcher)

Nombreux satellites d’observation et SAR se trouvaient à bord : 3 unité ICEYE, 2 Umbra, 4 ÑuSat de Satellogic, le satellite sud-africain Agrisat-1, ou encore 36 cubesat Dove de Planet. La surveillance de différents trafics (trafic monitoring) maritime, aérien, ou spatial était en force à bord, avec une demi-douzaine de cubesat Lemur de Spire, 4 cubesats de Kleos, mais aussi le cubesat BRO 8 de la constellation bretonne d’UnseenLabs).

Une partie des déplyeurs de cubesats d’Isilaunch, avant d’être intégrés à l’adaptateur de la Falcon 9 (Isilaunch)

On retrouve aussi plusieurs éléments de constellation de communication en orbite basse (2 satellites Lynk, 4 cubesats Astrocast, 4 satellites australien SkyKraft, et bien entendu une douzaine de picosatellites SpaceBEE de Swarm Technologies). Enfin, on retrouve de nombreux cubesats universitaires ou de démonstration technologique. Parmi eux, plusieurs vont tester des voiles solaires, dont le cubesat Gama Alpha, de la start-up française Gama.

La voile solaire de Gama (vue d’artiste, Gama)

Statistiques : rappel de 2022, une année folle !

Quelle année 2022 ! Pulvérisant tous les records, en voici quelques statistiques :

  • 186 tirs, dont 8 échecs
  • 60 tirs Falcon 9
  • 64 tirs chinois
  • 2460 satellites déployés avec succès (missions NROL comptées comme une seule charge utile), dont 220 cubesats et 1730 Starlink.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :