Les News du New Space [11]

17 octobre 2022 :  nuances d’échecs

Bienvenue dans cette revue de presse du New Space ! Ici, nous balayerons au format Newsletter les différentes nouvelles venant du New Space, et de l’écosystème spatial qui se crée et qui se réinvente. Bonne lecture !

La course des lanceurs

Dure lutte pour les lanceurs face au Space is Hard. C’est ce qu’a constaté la start-up écossaise Skyrora lors du tir test de son démonstrateur suborbital Skylark-L, qui a dévié sa route pour s’écraser en mer juste après le décollage. D’autre part, nous avons enfin la sortie du silence du côté de Lampoldshausen avec le premier essai à feu de l’étage supérieur d’Ariane 6.

Le démonstrateur suborbital Skylark-L de Skyrora avant de décoller le 8 octobre en Islande. Le vol est un échec. (Skyrora)

Epsilon explose en vol

12 octobre, Uchinoura. Le petit lanceur à propulsion solide de la JAXA représentait l’unique vol orbital exercé par le Japon de 2022, en attendant l’arrivée de la H-III d’ici avril prochain. Peu après l’extinction du second étage, un disfonctionnement a obligé les opérateurs à auto-détruire la fusée. Les huit petits satellites de démonstration technologique sont perdus, le vol avait été financé par la JAXA.

Quelques nuances d’Alpha

Firefly Aerospace a réalisé le 1er octobre une seconde tentative de vol orbital de leur lanceur léger Alpha. Si le premier étage a fonctionné avec brio, il demeure des questionnements pour le second, qui aurait livré des charges utiles à une altitude plus basse que prévue. Echec partiel même si Firefly maintient le contraire ? la compagnie a de plus annoncé être sélectionnée pour une mission de l’US Space Force. Firefly a également annoncé d’une part lancer le développement d’une version plus lourde d’Alpha, et d’autre part lancer la conception d’un futur lanceur moyen-lourd avec Northrop Grumman.

Largage d’un des cubesats du vol  »To the black » de Firefly. Finalement, les charges utiles ont été livrées plus bas que prévu et certaines sont prématurément retournées brûler dans l’atmosphère. (Firefly Aerospace)

31ème succès pour Electron

7 octobre, Mahia Peninsula. Rocket Lab a réussi le tir Electron pour mettre en orbite le satellite Gazelle de la NOAA et sa charge utile Argos-4, du système de relais de données développé par le CNES. Rocket Lab a d’autre part annoncé l’arrivée d’une Electron à Wallops pour un longtemps attendu premier tir depuis le pas de tir LC2. Rocket Lab attend dit pouvoir obtenir une autorisation de vol pour décembre.

Contrats Virgin Orbit et HyImpulse + ABL

Virgin Orbit s’apprête à faire décoller sa LauncherOne depuis la Grande Bretagne pour la première fois. L’avion porteur Cosmic Girl est arrivé à Cornwall, où la fusée attend un tir imminent avec plusieurs smallsats à bord. Virgin Orbit a aussi annoncé un contrat avec Spire portant sur la réservations à bord de plusieurs vols dès 2023. De son côté, la start-up allemande HyImpulse a aussi signé un contrat de lancement avec la start-up D-CUBED tandis que la compagnie américaine ABL Space vient de se faire retirer deux satellites Kuiper de son manifeste, alors que le premier vol de la RS-1 est imminent.

Pleins feux sur l’orbite basse

Le concept de déployeur orbital libère toutes les passions. Ils sont de plus en plus nombreux à vouloir en exploiter un et à le voir comme solution de précision de livraison quand on se retrouve à bord d’un bus spatial. Après Loft Orbital, c’est au tour d’Exolaunch de proposer son déployeur orbital.

Exotrail signe un vol de démonstration pour le CNES

Ce n’est pas tous les jours que le CNES soutient le New Space avec un contrat de lancement. La start-up Exotrail vient d’être sélectionnée pour faire une mission de service en orbite : un contrat à plusieurs millions d’euros. Exotrail devra d’abord montrer que son déployeur orbital est capable de déplacer un smallsat d’une altitude à une autre, puis livrer un smallsat en orbite.

Astra moteurs : Maxar + Astroscale

Faute de vendre des lanceurs, la compagnie américaine se diversifie dans la production de moteurs satellites, un secteur très demandé sachant que jusqu’à présent, l’Ukraine et la Russie étaient des grands fournisseurs, y compris aux Etats-Unis. Astra avait déjà signé un contrat avec OneWeb, et va maintenant aussi livrer Maxar et Astroscale.

Le Spacevan d’Exotrail (vue d’artiste, Exotrail)

Dévoilement des premiers bénéficiaires du volet New Space du plan France 2030

Emmanuel Macron avait promis plus de 1.5 milliards d’euros pour le spatial français avec France 2030. 6 octobre, les premiers résultats sortent, avec une quinzaine de start-ups du New Space français lauréates :

  • Opus Aerospace (micro-lanceur)
  • Sirius Space (micro-lanceur)
  • Space Dreams (services sol pour lancements micro-lanceurs)
  • Nobrak (composants et coiffe pour micro-lanceurs)
  • HyPrSpace (ex-Hybrid Propulsion for Space, micro-lanceur)
  • CMP Composites (réservoirs pour micro-lanceur)
  • The Exploration Company (véhicules orbitaux)
  • Watt & Well (électronique pour lanceurs)
  • Halcyon (matériaux pour lanceurs)
  • Latitude (ex-Venture Orbital Systems, micro-lanceur)
  • Leanspace (digitalisation pour lancements)
  • Exotrail (déployeurs orbitaux)

Les premiers résultats concernaient surtout les micro-lanceurs et déployeurs orbitaux. Des volets ‘’constellation satellite’’ et ‘’surveillance maritime’’ ont été ouverts ce mois-ci.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :